HUN

Cinéma

A double sens

Cycle cinéma

Du 12 septembre 2017 à 18:30 au 24 octobre 2017 à 18:30

Pour  la rentrée,  l’Institut Français met tous vos sens en éveil et en miroir. Papilles et pupilles sont conviées le 12 septembre pour l’ouverture du  cycle avec la récente comédie Saint Amour qui vous fait voyager à travers la France sur la route des vins. Gérard Depardieu est toujours aussi en forme et Benoît Poelvoorde toujours aussi hilarant. Saint-Amour : une excellente comédie à déguster sans modération aucune. La projection sera suivie d’une découverte de vins français par Le Gourmet de Bordeaux : Boire ou Voir, vous n’aurez donc pas à choisir…

Les sens ont toujours été abondamment  présents au cinéma et ce, à travers toutes les époques. Ava de Léa Mysius, qui vient de remporter le prix de la SACD à Cannes, nous  raconte l’histoire d’une jeune fille qui sait qu’elle va bientôt perdre la vue. Un film qui tourne au romanesque, avec un cadrage sensoriel intense, et déclare la guerre aux stéréotypes. Les yeux sans visage, film fantastique de Georges Franju (1959), est désormais une œuvre culte et le jeu grandiose de Pierre Brasseur a contribué à sa notoriété. Attention aux âmes sensibles !

L’avant-première de Rodin, dernier film de Jacques Doillon, sélectionné à Cannes cette année, avec Vincent Lindon dans le rôle d’Auguste Rodin, sera présentée avec le distributeur ADS. Par son toucher des matières et sa précision du geste,  le sculpteur est célébré à travers la  beauté et la sensualité de ses œuvres.

Hélas, le sens du toucher et les mains ne sont pas donnés à tous : La jeune fille sans mains, film d’animation, distingué par le jury du Festival d’Annecy, invite à une expérience sensorielle et se donne à voir comme un poème filmé, qui raconte l’histoire d’une jeune fille échappant au Diable mais privée de ses mains. Il devrait ravir tous ceux qui aiment s’abandonner à leur soif d’imagination.

Si, selon Bergson,  la vue ou le toucher permettent  d’appréhender l’espace dans trois de ses dimensions, la mémoire nous donnerait accès à la quatrième dimension. Avec Les souvenirs de Jean-Paul Rouve, récit plein d’humour qui met  Michel Blanc à l’honneur, on se rend compte, de fait, à quel point la mémoire est un sens utile ! Confirmation est donnée par le film Attila Marcel. Le jeune Paul n’a plus de souvenirs, il part à leur recherche grâce à la recette d’une tisane aux herbes capable de faire ressurgir les souvenirs les plus enfouis...cette comédie douce-amère sur l’enfance perdue vous laissera sens dessus dessous par son étonnant scénario.

L’amant double, également sélectionné à Cannes cette année, vous sera présenté en avant-première avec le distributeur Vertigo. Un mélange des genres où François Ozon fait miroiter les regards, les pensées et les double-sens de ses personnages avec un humour noir saisissant.

L’habituelle séance de courts métrages vous fera découvrir les sens dans tous les sens : de l’ouïe à la vue en passant par l’odorat, aucun d’entre eux ne sera épargné !

Le 26 septembre, après vous êtes enivrés avec le fameux film franco-hispano-germanique Le parfum : histoire d’un meurtrier de Tom Tykwer,  vous découvrirez les senteurs du célèbre parfumeur hongrois Zsolt Zólyomi qui nous fera le plaisir d’être parmi nous. Ce thriller avec Dustin Hoffman nous plonge dans la France du XVIIIème siècle, où l’obsession de l’odeur des jeunes femmes peut mener au crime.

Il n’y a pas que les odeurs qui laissent des souvenirs,  ouvrez bien vos oreilles et vos yeux, la comédie La famille Bélier, pleine d’amour et d’énergie, nous raconte l’histoire d’une famille où presque tout le monde est sourd, sauf Paula qui se découvre un don pour le chant, c’est alors que deux mondes s’affrontent. L’actrice, qui interprète magnifiquement son rôle, a remporté le César du meilleur jeune espoir féminin en  2015. L’occasion d’une belle découverte d’un monde du silence peu souvent exploré, suivie d’une rencontre avec l’association de sourds et muets de Budapest.

Enfin pour clôturer le cycle, replongez-vous dans la mémoire des sons tsiganes de Django en avant-première le 24 octobre avec le distributeur CineNuovo. Le film sera ouvert par un concert de Beata Palya. Reda Kateb, Cécile de France et Beata Palya nous emmèneront dans l’univers du musicien tsigane Django Reinhardt, véritable “guitare héros” qui vous fera swinguer toute la soirée.

Avec 3 avant-premières, des exclusivités, des courts métrages, un film classique, un film d’animation, un merveilleux concert et de nombreuses rencontres professionnelles et sensorielles, votre venue aura forcément du sens !

Institut français de Budapest, Auditorium

www.franciaintezet.hu

Fő u. 17,
1011 Budapest